Le Québec Veut Dire Au Revoir à «Hi» et Salut à «Bonjour». -

Le Québec Veut Dire Au Revoir à «Hi» et Salut à «Bonjour».

Credit: nytimes.com

  • Dec 07 2017 17:05About: 8 days ago
  • 9 views


MONTREAL — Un client d’une animalerie de Napierville au Québec menaça un jour de se plaindre auprès de l’Office québécois de la langue française parce qu’un perroquet appelé «Peek-a-Boo» refusait de s’exprimer en français.

Dans un autre épisode surnommé le «Pastagate», l’Office, qui défend fermement la langue française au Québec, expliqua à un restaurant italien de Montreal qu’il avait enfreint la loi en utilisant le mot «pasta» sur son menu, plutôt que de le traduire dans la langue de Voltaire.

Mais le dernier exemple en date de tensions latentes dans ce combat culturel au Québec est survenu la semaine dernière, lorsque les élus de l’Assemblée nationale ont adopté à l’unanimité une résolution appelant les commerçants à cesser de dire « Bonjour, hi » lorsqu’ils accueillent des clients, et à simplement utiliser « Bonjour ».

Les contrecoups de cette résolution ont été immédiats et se font encore sentir

Au Québec, une ancienne colonie française cédée à la Grande-Bretagne en 1763 à la suite de la victoire britannique sur les Français dans la guerre de Sept Ans, les questions de langue et d’identité mènent régulièrement à des débats agités. Montreal, où vit une minorité anglophone assez importante, en a longtemps été un point de focalisation.


Le français est la seule langue officielle au Québec. La Charte de la langue française en fait la langue des institutions étatiques, du commerce et de la justice . La publicité commerciale et l’affichage public peuvent être rédigés en français et dans une autre langue, à condition que le texte dans la langue de Molière ait un impact visuel au moins deux fois plus important que celui rédigé dans l’autre langue.













Afin de préserver la langue, les familles qui migrent au Québec doivent également envoyer leurs enfants dans une école francophone.

Mais à Montréal, ville multiculturelle et moderne, le français et l’anglais cohabitent souvent au quotidien. Beaucoup de jeunes Québécois passent avec facilité d’une langue à l’autre, entre autres parce qu’ils sont exposés à un régime continu de culture populaire américaine et à du contenu anglophone sur les réseaux sociaux.

Entrez dans une boutique ou un restaurant du centre-ville de Montréal et il a de bonnes chances que le commerçant vous accueille avec un « Bonjour, hi ». Une salutation hybride qui reflète le bilinguisme tant vanté de cette ville cosmopolite.




Cette coutume irrite les membres du Parti Québécois, formation politique qui milite pour l’indépendance du Québec. Le parti a déposé une motion à l’Assemblée nationale invitant «tous les commerçants et tous les salariés qui sont en contact avec la clientèle locale et internationale de les accueillir chaleureusement avec le mot “Bonjour”». Et rien d’autre que «Bonjour».

La motion, qui n’a pas de portée légale, a été adoptée jeudi à l’unanimité, avec 111 voix pour et 0 contre.

Même si les soutiens de la motion affirment qu’elle sert à protéger l’identité culturelle québécoise, certains commerçants se sont rapidement rebiffés.

Au magasin de vélo Giant situé dans un quartier bilingue de l’ouest de la ville, un groupe francophone d’amateurs de vélos est réuni pour discuter des difficultés à circuler en hiver. Le français et l’anglais sortent de leurs bouches aussi facilement qu’un changement de vitesse à vélo.


« C’est absurde», dit Olivier La Roche, un Québécois francophone qui est gérant de la boutique. « Que vont-ils faire ? Entrer dans mon magasin et m’arrêter en raison de la façon dont je salue les gens ?»

Il dit accueillir erégulièrement des clients en disant simplement « Bonjour », mais passe à l’anglais s’il constate que celui-ci est anglophone .



« Je suis fier d’être québécois», poursuit-il. «Mais nous sommes dans un pays libre et, moi, je suis en affaires et je dois respecter mes clients. Nous devrions être autorisés à saluer les gens comme nous le voulons ».

D’autres, tout aussi favorables à l’utilisation du « Bonjour, hi », se sont tournés vers les réseaux sociaux pour exprimer leur frustration.

«Je suis une canadienne-française bilingue, hôtesse dans un restaurant, et c’est la première chose que je dis lorsque j’accueille des clients», écrit sur Twitter Maude Lussier-Racine. « Ce n’est pas agaçant, c’est respectueux pour tout le monde. Arrêtez d’essayer de nous faire faire ce que vous voulez et allez donc travailler sur des choses plus importantes. »




Les partisans de la motion affirment que les francophones du pays ont toutes les raisons d’être préoccupés par la préservation de la langue française à l’ère de la mondialisation, alors que l’anglais tient le rôle de lingua franca à travers le monde. Après tout, les jeunes Québécois pourraient facilement être tentés de dire « email » plutôt que «courriel».

L’Office québécois de la langue française cherche depuis toujours à repousser les anglicismes et propose régulièrement des alternatives à ceux-ci. Toutefois, l’organisation a récemment décidé de ne plus condamner certains termes, comme « grilled cheese », «softball» et « drag queen ».

Il a aussi été jugé acceptable d’utiliser au quotidien « cocktail» au lieu de «coquetel», ainsi que «baby-boom» au lieu de « bébé-boom ».

Le député péquiste Pascal Bérubé pense que le « Bonjour, hi » est un “irritant” et que l’utilisation du « Bonjour » rappelle que le Québec est une province francophone. Les politiciens québécois ont peut-être été inspirés par leurs cousins français de l’autre côté de l’Atlantique, où l’oubli de saluer avec un chaleureux « Bonjour » peut provoquer un malaise.


Le Parti québécois justifie aussi cette motion en citant des données du dernier recensement, qui démontrent que le français comme langue principale au travail a reculé de 2,3% au cours de la dernière décennie et que le bilinguisme au travail a légèrement progressé. Selon la formation souverainiste, ces données prouvent que le français est menacé dans la Belle province.

Dans une chronique publiée dans le Journal de Montréal le jour de l’adoption de la résolution, Josée Legault, une chroniqueuse de premier plan, a affirmé que l’abandon de la protection de la langue française par les élus était «un phénomène révoltant», dans un contexte où le bilinguisme gagne du terrain. Selon la chroniqueuse, les politiciens doivent se réveiller « pendant qu’il en est encore temps ».

Dans une autre controverse liée à l’utilisation de la langue au Québec, lors de l’inauguration récente d’une boutique Adidas à Montréal, le gérant francophone de celle-ci a prononcé un discours principalement en anglais, ne daignant dire que quelques mots en français pour « accommoder la Ville de Montréal et les médias francophones ». Le maire de Québec, Régis Labeaume, a qualifié l’attitude du gérant de « scandaleuse », tandis que d’autres ont menacé de boycotter le magasin. Adidas s’est finalement excusé.

Bill Brownstein, chroniqueur d’expérience au quotidien anglophone « The Gazette» à Montréal, pense que le débat autour du « Bonjour, hi » illustre les efforts désespérés du Parti québécois pour attirer l’attention des électeurs, à un moment où l’appui à l’indépendance est faible et où la formation politique tire de la patte dans les intentions de vote pour les élections l’année prochaine.

Mais selon lui, la population est de moins en moins sensible aux vieux et émotionnels débats linguistiques, alors que des impératifs économiques prennent le dessus sur les velleités indépendantistes.

«La langue demeure une boîte de Pandore au Québec,” explique-t-il “Mais ce qui intéresse les jeunes Québécois d’aujourd’hui c’est surtout de gagner de l’argent. Les guerres linguistiques ont déjà été gagnées ».











Follow Us on Twitter

L’Assemblée Nationale Québec vient d’adopter motion appelle commerçants accueillir leurs clients “Bonjour” plutôt “Bonjour Hi.”

Related stories with Le Québec Veut Dire Au Revoir à «Hi» et Salut à «Bonjour».

Canadians net worth surges almost 15% in four years, but our biggest asset is also our biggest debt -World News
Canadians net worth surges almost 15% in four years, but our biggest asset is also our biggest debt 8 days ago
On the bright side almost 30% of Canadian families are debt-free
In ‘America’s Finest City,’ homelessness spreads disease -World News
In ‘America’s Finest City,’ homelessness spreads disease 8 days ago
SAN DIEGO — For Christine Wade, the tent she shared with six children, pitched in an asphalt parking lot, was far better than their previous home — a shelter where rats ate through the family’s bags of clothes. “It’s peaceful
The Latest: GOP: We have enough votes for short-term budget -World News
The Latest: GOP: We have enough votes for short-term budget 8 days ago
WASHINGTON — The Latest on the budget battle in Congress (all times local): 11:15 a.m. The drama over whether the House will pass legislation preventing a weekend partial government shutdown is essentially over. The conservative House Freedom Caucus
Honduras’s political crisis takes an unexpected turn -World News
Honduras’s political crisis takes an unexpected turn 8 days ago
FOR a few days, Honduras felt like a country on the brink of chaos. People queued for hours at banks, supermarkets and petrol stations, as they had before a hurricane in 1998 and a coup in 2009. Shopkeepers shut early to prepare for looting. Thousands of
Justin Trudeau searches in vain for new free-trade partners -World News
Justin Trudeau searches in vain for new free-trade partners 8 days ago
JUSTIN TRUDEAU, Canada’s prime minister, set off for China on December 2nd amid speculation that the two countries would start free-trade talks. Canada needs new markets because the United States is turning inward. China wants to gain better access to C
Cuba’s leaders are trapped between the need for change and the fear of it -World News
Cuba’s leaders are trapped between the need for change and the fear of it 8 days ago
FOR decades Cuban exiles in Miami dreamed of the day that Fidel Castro would die. They imagined that Cubans would then rise up against the communist dictatorship that he imposed. Yet when, a year ago this week, Castro’s ashes were interred in his mausol
What the data say about the integrity of Honduras’s election -World News
What the data say about the integrity of Honduras’s election 8 days ago
THE electoral commission of Honduras (TSE) will not declare a winner in the presidential election, held on November 26th, until after a recount of some kind. The first count suggests that Juan Orlando Hernández won re-election. He beat Salvador Nasralla,
Ex-Formula 1 driver Felipe Massa enters Brazilian Stock Car opener -World News
Ex-Formula 1 driver Felipe Massa enters Brazilian Stock Car opener 8 days ago
Ex-Williams Formula 1 driver Felipe Massa will make his debut in the Brazilian Stock Car championship next year
Broad-based rally helps boost stocks in Toronto, loonie moves lower -World News
Broad-based rally helps boost stocks in Toronto, loonie moves lower 8 days ago
TORONTO — A broad-based rally helped Canada’s main stock index head higher in late-morning trading as U.S. stock markets also gained ground. The S&P/TSX composite index was up 95.44 points to 16,004.22, after 90 minutes of trading. In New
The quiet, selfless magic of Ekpe Udoh, the Utah Jazz's plus-minus genius -World News
The quiet, selfless magic of Ekpe Udoh, the Utah Jazz's plus-minus genius 8 days ago
Ekpe Udoh's career has taken twists and turns, but he is back in the NBA and making the Jazz better
Taylor Stitch Footwear -World News
Taylor Stitch Footwear 8 days ago
For any man with footwear considerations for Christmas and on the hunt for some top quality purveyors of such wares, you need look no...
Formula E racer Lotterer wants Porsche Nurburgring 24 Hours seat -World News
Formula E racer Lotterer wants Porsche Nurburgring 24 Hours seat 8 days ago
Andre Lotterer is aiming to add to his three Le Mans 24 Hours wins with another twice-around-the-clock victory on the Nurburgring-Nordschleife next year